05 janv. 12

Devant les banques on se la coule douce sur l’herbe fraîche du devant.

À l’arrière, tout reste calme, à part, bien sûr, comme toujours, ces animaux bizarres voire étrangoîdes à la gueule souquée qui gesticulent difficilement parmi les poubelles éparpillées par-ci et par-là, comme-ci et comme-ça, se faisant une place entre leurs relevés de comptes précaires et autres pap’rasseries zadministratives, maintenant, et depuis peu, inutiles et obsolètes, croupissantes et putréfiées. La chaleur humide est à son comble. La transpiration s’effondre des fronts des bestioles difformes et suffocantes et forme des flaques d’un bleu-vert émeraude qui ne vaut pas un clou.

À l’arrière tous s’amassent, fusionnent.

Devant, tout va bien.


Texte écrit pour l'exposition "la dette" à la Varenne avec Amélie Bucher, Yann Gateau et Caroline Quéguiner.

Posté par yourane à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur …

Nouveau commentaire